L'atelier cortical | LE BLOG!
Recherche pour :
Collossus, Bobby ou Buddy…. et vous votre robot, c’est quoi son nom ?

C’est l’été (enfin presque…niveau ensoleillement) et vous vous dites que ce serait bien d’être en vacances quasi toute l’année car un robot pourrait faire votre Job ?

On vous parle d’intelligence artificielle, de robots dédiés à des tâches spécifiques et ingrates alors que vous, vous aimeriez prendre le temps de dialoguer avec vos collègues-confrères tout en suivant via l’appli les différents robots qui travaillent pour vous ?

Il faut patienter encore un peu, mais depuis R2D2 il est clair que la vraie technologie a évolué (comme celles du cinéma…).

Buddy est un robot qui va chercher de la compagnie (un caractère réservé pour l’instant à plusieurs espèces animales…attention Buddy arrive à la fin de l’année et fonctionne en test dans certaines entreprises) quand le robot Pumagri est capable de faire le désherbage ou de gérer la récolte à la place des agriculteurs et de leurs tracteurs. Collossus lui est l’assistant des pompiers… ce qui peut réduire à la fois les risques en intervention et faire évoluer les techniques de secours face aux incendies.

Bon c’est promis, ici on n’utilise pas (encore) le Pipotron, capable de rédiger des texte en langue de bois au kilomètre pour faire du brand-content à notre place.

bel été à tous !

 

 

Actualités de l’emballage….

Tous les produits de consommation courante nécessitent des emballages.

Il sont là pour accompagner le transport entre l’unité de production et les points de distribution, pour assurer la protection entre le point de ventes et le lieux où le produit doit être consommé, assurer le stockage et la protection du produit… bref l’emballage, le packaging a de multiple fonctionnalités et usages.

Vous souhaitez en savoir plus, suivre les tendances de l’emballage ?
Alors prenez le temps de consulter le magazine de l’INDP.

point de vente - store concept

 

 

Une peu d’eau…. et une forme de contenu !

En marketing on dit souvent que le packaging est un vendeur muet pour un produit !

C’est pas faux lorsque l’on considère par exemple la forme des bouteilles de nombreuses boissons !

Toutefois la publicité peut se concentrer sur le contenu et pourquoi pas aller jusqu’à la forme de la goutte.

Mais là Perrier va un peu loin ! Décider de conserver uniquement le slim alors que ces dames sont très bavardes sur le sujet….

Enfin, les “slims” c’est porteur de sens.

 

 

 

L’étonnant pouvoir des Couleurs….

Oui, les couleurs ont une influence sur nos comportements. C’est même le sujet principal du nouveau livre de Jean-Gabriel CAUSSE.

>> Pour découvrir l’ouvrage : L’Étonnant pouvoir des couleurs

>> Pour en savoir sur les couleurs et le classé X !

>> Quelques infos pratiques en images :

 

jean-gabriel_causse_soda2jean-gabriel_causse_productif jean-gabriel_causse_cardiaque jean-gabriel_causse_creatif jean-gabriel_causse_enfant jean-gabriel_causse_ketchup jean-gabriel_causse_memoire jean-gabriel_causse_sexe jean-gabriel_causse_soda  jean-gabriel_causse_sport jean-gabriel_causse_tranquillisant jean-gabriel_causse_vaisselle

L’Étonnant pouvoir des couleurs – JB CAUSSE – Edition Palio – mai 2014

Des typos à la Mode !!!

Vous souhaiteriez que votre marque bénéficie d’un style graphique à la mode ?

typo_mode

Et pourquoi ne pas faire le choix d’une typo dans la tendance ?

Yvette Yang habille ses alphabets des dernières tendances. Elle a nommé son projet “Fashion Font”,  cette femme designer, propose au rythme des saisons, des collections de lettres qu’elle compose à la main avec les vêtements du moment. Ainsi, pour des titrage originaux, une affiche etc… le choix de la typographie peut délivrer un message en véritable reflet du stylisme actuel !

 

 

Combien d’images par seconde ?

les yeux de la perception

Pour que nous puissions visualiser des images animées, voir un mouvement, l’oeil à besoin de percevoir une quantité variable d’images fixes successives par seconde. On peut dire qu’il s’agit d’une unité de mesure qui correspond au nombre d’images affichées durant une période d’une seconde par un dispositif. Plus le nombre d’images est important, plus la séquence donnera une sensation de fluidité de l’illusion visuelle du mouvement.

Le nombre d’images au cinéma ?
Au cinéma le nombre d’images par seconde était au début de 16 ou 18 images par seconde. Cette quantité étant insuffisante pour une bonne restitution. La norme a évoluée pour atteindre la quantité de 24 images par seconde.

Le nombre d’images à la télévision ?
À la télévision, le nombre d’images par seconde est différents suivant la norme adoptée. Dans les pays ayant fait le choix du PAL ou du SECAM (l’europe…) le nombre est de 25 images par seconde alors qu’il est de 30 images secondes pour ceux qui ont fait le choix du NTSC (USA, Japon…).

Et sur l’écran de l’ordinateur ?
La notion est un peu différente dans le sens ou l’unité de mesure n’est pas l’image par seconde, mais le “frame per second” (FPS), et qu’il faut rapprocher cela d’une autre notion qui est la fréquence de rafraichissement de l’écran.

Pourquoi arrive-t-on à voir un mouvement reproduit par une succession d’images fixes ?
Il y a lutte d’école sur le pourquoi du comment…. Effectivement, lorsque l’on s’appui sur la logique du folioscope (le livre d’un dessin animée…) ou du kinétoscope (l’un des premiers ancêtre du cinéma) exploitant la persistance rétinienne il est complètement logique d’affirmer que plus il y aura d’images fixes projetées en 1 seconde plus l’image sera fluide en raison des propriétés du capteur visuel de l’homme qu’est la rétine. Mais aujourd’hui on considère l’effet Phi. Le capteur qu’est la rétine fonctionne avec ce que notre cerveau est aussi en mesure d’interpréter et d’anticiper. L’augmentation du nombre d’images permet au cerveau de mieux appréhender ce qui se passe dans la vie réelle. Mais il ne faut pas écarter aussi le fait que notre cerveau peut “prédire” la trajectoire d’une balle de tennis ce qui nous permet d’agir pour essayer de la renvoyer à l’adversaire. L’illusion d’optique de l’effet phi est totalement exploité dans le cas de systèmes lumineux de décoration où l’on a l’impression du déplacement d’un point lumineux alors que ce sont des led différentes qui s’éclairent. Dans le cas de la reproduction d’images, ce phénomène devient inconscient à partir d’un certain nombre d’images, mais il participe à la sensation de confort perçue par l’utilisateur. En exploitation inverse, on peut augmenter le confort visuel. Par exemple votre téléviseur pourra doubler le nombre d’images pour éviter une sensation de papillotement de l’image. Chaque image différente est présentée deux fois si nécessaire, ce que l’on appelle le taux de rafraîchissement (qui doit être spérieur à 40 pour être efficace) et l’oeil perçoit ainsi moins les “noirs” (un objet tant une source de lumière détectée par la rétine).

Le nombre pour accélérer ou ralentir ?
Si le nombre d’images par seconde de la projection est supérieur à celui employé lors du tournage, l’effet sera une accélération et inversement pour le ralenti.
De ce fait il existe des caméras qui vont capter beaucoup plus d’images par seconde pour avoir la possibilité d’analyser et décomposer le geste d’un golfeur par exemple. Pour exemple certaines caméras dédiées aux sports peuvent aujourd’hui capturer 2800 images par seconde (2564 images/s en exploitation)  et en haute définition.

Et pour le web ?
Les connaissances et les logiciels évoluent. Un gif animé utilisait au début des années 2000 la logique du folioscope et de l’effet phi. Aujourd’hui les technologies de la télévision et du cinéma sont là … en attendant que de nouvelles solutions et approches soient imaginées pour apporter encore plus d’illusion du réel en virtuel et pourquoi pas apporter de nouvelles sensations comme cela est le cas dans la recherche autour des jeux dits vidéo.

Parfois, la photo publicitaire est un art difficile….

blue1

Le métier de photographe publicitaire n’est pas toujours  facile. Effectivement, certains d’entre eux doivent partir en déplacement à l’autre bout du monde pour faire des prises de vues avec de jolies mannequins sur des plages paradisiaques…. dur métier.
Pour d’autres, l’exercice se complique lorsqu’il faut prendre en photo des produits industriels afin de réaliser l’étiquette qui va donner envie au consommateur d’acheter…. la difficulté réside, lorsqu’il s’agit de nourriture par exemple, dans le fait que le consommateur identifie le produit généralement à une préparation faites par un grand chef, ou tout du moins tel qu’il aimerait le voir dans son assiette au restaurant. cela doit être appétissant, graphique, tout en disposant d’assez de place pour positionner tous les textes de l’étiquette. Pourquoi cela est difficile, me direz vous ?

En parcourant ce blog vous comprendrez pourquoi ! La déception peut donc être au rendez-vous ; à méditer.

Vocabulaire au fil du temps….

Dans l’univers professionnel nous sommes souvent confrontés à l’emploi d’un vocabulaire jargonnant….

Il y a des modes liées à la sociologie, d’autres aux contextes techniques…. enfin voici un court article au sujet des mots utilisés au fil du temps pour désigner ou distinguer l’orientation d’une feuille porteuse d’un texte, d’un message.

Aujourd’hui beaucoup de personnes parlent de format “PAYSAGE” pour nommer une page dont la largeur est plus importante que la hauteur et “PORTRAIT” pour l’inverse, c’est à dire dans le cadre d’une page rectangulaire celle qui a une largeur plus étroite que sa hauteur.
Ces mots, “portrait” et “paysage” viennent de la désignation dans le vocabulaire de la micro-informatique et vous les avez découvert avec votre logiciel de traitement de texte et/ou avec l’usage de votre imprimante de bureau.
Or, dans le jargon de l’imprimerie on parle plus volontier d’un “format à l’italienne” (=paysage) et de format “à la française” (=portrait). Lorsqu’un jeune professionnel du monde de la création graphique ou de l’imprimerie emploi ces mots, il montre immédiatement qu’il connait son jargon. Pourtant, il n’est pas certains que ses collègues d’un âge plus avancé,  puissent lui dire depuis quand ces termes sont employé, ou bien même, ce qui pouvait exister avant.

Avant que le papier soit d’origine végétale, pour une fabrication en grande quantité, il était d’origine animale. C’était le fameux “PARCHEMIN“. Un parchemin était fait à partir d’une peau animale traitée (mouton, chèvre…) car le PAPYRUS était un monopole égyptien. Le parchemin est utilisé du 2è au 9è siècle au proche-orient et durant tout le Moyen-Âge en Occident. Il faut dire qu’à l’époque le support écrit était manuscrit. On pouvait alors rencontrer trois types de documents.

Le ROTULUS, qui est un document d’une seule feuille qui se roule verticalement, sur lequel on écrit tout à la suite de haut en bas. C’est donc une feuille en format à la française.
Le VOLUMEN, qui désigne aussi une seule feuille mais qui se déroule à l’horizontal, sur laquelle on écrit par blocs de texte qui se suivent à l’orizontale.
Le CODEX, c’est la première forme du livre, par conséquent il est composé de plusieurs pages.

Voilà de quoi alimenter les discussions entre le photocopieur et la machine à café !

Petits points de typographie n°5

Cinquième rendez-vous autour de la typographie et de la ponctuation, quelques précisions pour éviter des erreurs courantes.

> Point n° 5 : quelques erreurs courantes !

La notation de certaines abréviations ou même simplement de chiffres est parfois sources de confusion.

  • Voici les bonnes abréviations pour les civilités ou titres :

– Mlle pour Mademoiselle et Mlles au pluriel (Mesdemoiselles)
– Mme pour Madame et Mmes au pluriel (Mesdames)
– M. pour Monsieur (et non Mr qui doit être utilisé pour mister!) et MM. pour Messieurs
– Mgr pour monseigneur
– Ste pour Sainte
– Me pour maître
– Dr pour docteur et Drs au pluriel

 

En matière d’abréviation il y a aussi les unités de mesures ainsi que les chiffres qui accompagnent…

Il faut laisser un espace entre le nombre et l’unité de mesure, ainsi qu’entre les groupe de 3 chiffres (à partir de la virgule ou de la droite) :
– 2,5 cm
– 2 004 250,80 €
– 19,6 %
– Une photo prise avec une durée d’exposition de 1/2500 s
– Une carte au 1/25 000

Ce qui nous conduit aux abréviation d’unité (pour lesquelles il ne faut jamais ajouter le “s” en signe de pluriel car dans ce cas vous ajoutez une unité supplémentaire de seconde). Attention il faut bien respecter la casse (majuscule ou minuscule car le sens peut varier !)
– A = ampère
– a = are
– ca = centiare(s)
– cg = centigramme(s)
– ch = cheval-vapeur
– cl = centilitre
– cm = centimètre
– D angle droit
– dal = décalitre(s)
– dam = décamètre(s)
– dB = décibel(s)
– g = gramme
– gr = grade (attention souvent mis pour gramme!)
– h = heure
– ha = hectare
– hg = hectogramme(s)
– hl = hectolitre
– hm = hectomètre(s)
– j = jour(s) (attention ne pas écrire JRs qui exprimerait Joule Rankine seconde … soit un beau mélange de valeur électrique, de température et de durée!)
– kg = kilogramme(s)
– km = kilomètre(s) (attention ne pas écrire kms pour un pluriel cf plus haut)
– kW = kilowatt(s)
– kWh = kilowatt(s)-heure
– l = litre
– m = mètre
– M = million
– m2 = mètre carré
– m3 = mètre cube
– mbar = millibar(s)
– Md = milliard(s)
– ml = millilitre(s)
– mm = millimètre
– mn = minute (temps)
– m.s-1 = mètre(s) par seconde
– s = seconde (temps)
– st = stère
– t = tonne
– V = volt
– W = watt
– ° =degré
– ‘ = minute
– ”= seconde

Pour la mise en page, nous sommes aussi confronté à la coupure de mots en fin de ligne, ce que l’on appelle les césures…

La césure d’un mot se signale en utilisant un tiret.
Les mots simples sont coupés syllabe par syllabe (chai-se, créa-tion). On privilégie la cohérence d’un groupe de consonnes et de voyelles qui se prononce d’une seule émission de voix, ce qui fluidifiera la compréhension.
Pour les mots long ou disons complexes, il est possible de prendre en compte l’étymologie.  On pourra par exemple faire la césure suivante épi-zooties car il vient du préfixe épi- du grec zootes (nature animale) et du suffixe -ie.

Dans la mesure du possible, il est préférable d’éviter de couper :
– le dernier mot d’une page de droite,
– les acronymes,
– les chiffres (ou de les isoler),
ou encore d’effectuer une césure isolant une seule lettre, faire une coupure sur plus de deux lignes successives (dans le cadre de colonne très peu large qui provoquerait sur un mot long une répartition sur 3 ou 4  lignes),

Les coupures ne se font jamais sur :
– les abréviations et les titres,
– les initiales des prénoms, les titres, civilités et les particules,
– les nombres décimaux.

Petits points de typographie n° 4

Quatrième rendez-vous autour de la typographie et de la ponctuation, quelques précisions sur les tirets.

> Point n° 4 : les tirets de l’union !

Avez vous remarqué combien de style de tirets on peut rencontrer dans un texte ?

Généralement on considère 4 types de tirets :

– le tiret court du trait d’union et des mots composés,
– le tiret court de coupure (de mot en fin de ligne),
– le tiret moyen (en incise ou bien en début de ligne pour les listes),
– le tiret long (en début de ligne pour les dialogues).

Quelques exemples :

  • C’est-à-dire que dans cette photo on peut voir un arc-en-ciel magni-
    fique qui traverse
  • Vous trouverez ici la liste des articles pour le salon :
    – un carton de 400 brochures et 700 dépliants,
    – trois présentoir de documentation,
    – un kit écran plasma avec ordinateur multimédia,
    – …
  • Le nouveau système informatique – en cloud computing – a été déployé la semaine dernière.
  • Conversation extraite de la  formation durant les ateliers de simulation
    — Bonjour, je peux vous demander quelques instants d’attention Monsieur ?

    — Cela dépend, c’est à quel sujet ?
    — Voilà, je m’appelle Dominique Dupont et je souhaiterai vous faire bénéficier…

Comme vous pouvez le constater, même votre navigateur internet vous permet de différencier ces tirets !
Alors pensez y lorsque que vous composez un texte.